Sep 272017
 
chalaby

The ICANN Board has a crucial decision to make this year : finding a suitable replacement for Steve Crocker. One of the “fathers of the Internet”, Crocker has chaired the ICANN Board for the last 6 years. He is term limited and can no longer serve in this position.

So at the ICANN annual general assembly (AGM) due to be held in Abu Dhabi starting October 28, the Board will be selecting a new Chair. In a drive towards greater transparency in its decision-making processes, the Board has already announced who the new Chair will be.

Current Vice Chair Cherine Chalaby will replace Steve Crocker, with former AuDA* CEO Chris Disspain replacing Chalaby as Vice Chair.

Crocker has served on the ICANN Board since 2008. Chalaby joined the Board in December 2010 and has 2 years left to run before his term ends at the 2019 ICANN AGM. He was selected to the Board by ICANN’s Nominating Committee, an independent body tasked with recruiting to half the ICANN Board and other key ICANN community groups.

*AuDA runs Australia’s Internet suffix .AU.

Sep 252017
 
DKQAvcVWAAA_Zg7

Le 22 septembre, Fundacio PuntCAT a confirmé par communiqué la libération de Pep Masoliver. Le directeur technique du gestionnaire de l’extension .CAT a été détenu pendant plus de 60 heures et doit continuer à se rendre au commissariat de manière hebdomadaire car il reste accusé, entre autre, de désobéissance publique.

Sep 222017
 
puntoCAT

Se faire arrêter et emprisonné pour sédition, de nos jours, ce n’est pas banal ! Ni courant. Le mot même paraît suranné. Le Larousse donne d’ailleurs deux définitions, une pour “autrefois”, l’autre actuelle. Retenons celle d’antan d’un “soulèvement concerté et préparé contre l’autorité établie”.

Car c’est exactement ce que le gouvernement espagnol reproche au petit groupe de techies qui, en 2006, a lancé l’extension .CAT pour défendre la culture et la langue catalane. Atypique et noble, ce projet a intéressé l’ICANN, le régulateur mondial de l’Internet technique. Au point que cet organisme basé en Californie et souvent présenté comme les Nations Unies de l’Internet, a immédiatement donné son feu vert à la création du .CAT.

Et l’extension sert. Un simple voyage à Barcelona suffit pour s’en convaincre. Des institutionnels aux marchands en passant par les biens publics, les gestionnaires de sites locaux préfèrent le .CAT au .ES (pour l’Espagne) ou même au .COM. A commencer par la capitale de la Catalogne elle-même, Barcelone ayant adopté www.barcelona.cat comme adresse Internet officielle !

En tout, on comptabilise environ 113 000 noms de domaine actifs sous l’extension .CAT. Autant de sites qui semblent menacés à l’approche d’un référendum sur la possible indépendance de la Catalogne déclaré illégal par la justice espagnole.

infografies-creixement-940x650

Car le gouvernement national basé à Madrid se montre de plus en plus intransigeant, y compris sur Internet. Ainsi le 20 septembre dernier, la fondation puntCAT, le gestionnaire de l’extension éponyme, post sur son compte Twitter des photos d’un raid sur ses bureaux de la Gardia Civil.

Cherchant à faire fermer des sites en .CAT faisant la promotion du référendum, la police ne va pas y aller de main morte. Le responsable informatique Pep Masoliver est arrêté. Aujourd’hui, deux jours plus tard, il reste en prison. puntCAT a lancé sur Twitter une campagne de soutien avec le hashtag #totsambtupep, qui peut se traduire par “tous avec toi Pep”.

DKQAvcVWAAA_Zg7

Le message : il faudrait quasiment considérer Pep Masoliver comme un prisonnier politique. Et les agissements de la police et de Madrid, comme de la répression étatique.

C’est en tout cas ce que le directeur de puntCAT a écrit au PDG de l’ICANN dès le 17 septembre. “La justice espagnole nous ordonne… de censurer des contenus et de porter à atteinte à la liberté d’expression des utilisateurs de l’extension .CAT.”

Pour l’instant, pas de réponse. Ni de l’ICANN, ni de Madrid. Le référendum illégal est prévu pour le 1er octobre. Du côté des bureaux barcelonais de puntCAT, on attend de savoir quel sort sera réservé à Pep Masoliver… et aux sites Internet en .CAT.

Sep 012017
 
21083550_10214209071958325_7073198626846759940_o

ICANN Global Domains Division President Akram Attalah made the claim, citing his organisation’s FY18 budget, in a August 29, 2017 letter drafted in response to a proposal made by registries to reimburse some of the ICANN fees they have incurred for the right to operate new gTLDs.

The proposal, sent to ICANN in March of this year, was entitled “Registry Stakeholder Group proposal to offset new gTLD operator registry fees”. It asserted that revenue from the 2012 new gTLD round application fees would exceed ICANN’s predictions by over $96 million!

“The RySG recognizes ICANN’s reluctance to settle accounts before the smoke clears from the 2012 round and all the gTLDs are delegated and yet, ICANN is sitting on nearly $100M in applicant money that could enhance competition and consumer choice,” the RySG letter said.

In his reply, Attalah reminds registries that the 2012 round is still ongoing and that costs are therefore still to be expected.

Continue reading »