May 202016
 
wordpress

Sur Internet comme ailleurs, il y a ceux qui comprennent vite et il y a les autres. Les habitués des phrases comme “ça ne marchera jamais”, qui se transforment quelques années plus tard en “ah si j’avais su…”.

Lorsqu’en 2012, le régulateur technique de l’Internet (l’ICANN) a ouvert les candidatures à la gestion de nouvelles extensions, les “ça ne marchera jamais” en attendaient au mieux 500. C’est sûr qu’à 185 000 dollars les frais de dépôt de dossier à payer à l’ICANN, ça leur semblait cher. Puis 1930 dossiers furent déposés…

Lorsque, le 13 juin 2012, l’ICANN a annoncé ce raz-de-marée, les “ça ne marchera jamais” ont répondu qu’il s’agissait de spéculation de la part d’une industrie du nommage sur Internet immature. Les poids lourds du Net, eux, n’allaient quand même pas s’intéresser à quelque chose d’aussi rébarbatif que des noms de domaine. Puis en lisant la liste des candidatures reçues, on s’est rendu compte que Google avait demandé une centaine de nouvelles extensions et Amazon avait postulé pour 70…

Lire la suite sur le Huffington Post.